Un forum pour les passionnés du cheval et de l'équitation.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le stress du cheval

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joey
Admin
Admin
avatar

Messages : 261
Date d'inscription : 19/04/2009
Age : 29
Localisation : Braine-L'Alleud

MessageSujet: Le stress du cheval   Lun 20 Avr - 9:47

Des ennuis au travail, des conflits avec les voisins, des problèmes d’argent ou un manque de temps – pour compenser, bien des humains fument, se rongent les ongles, dorment mal, mangent trop ou pas assez ou pire, tombent malades. Nos chevaux, pour compenser, développent des tics, deviennent nerveux ou développent des ulcères à l’estomac. Comment reconnaître que son est stressé ? Quelles maladies sont dues au stress ? Comment lui éviter d’y être confronté ?

Afin de comprendre pourquoi un peut ressentir du stress, il faut se pencher sur ses instincts et ses besoins d’un peu plus près : le est un animal grégaire, broutant à longueur de journée en surveillant son environnement afin d’éviter les prédateurs. Actuellement, notre vit en sécurité, n’est plus une proie et cela a changé toute sa vie. Nous enlevons aux juments leurs « enfants », nous enfermons cet animal de fuite dans des boxes durant des heures voire des journées entières et lorsqu’ils ont le droit de sortir au pré, cela se passe souvent sans congénères. Nous les nourrissons différemment, nous leur injectons des vaccins, nous changeons leur chez-soi comme bon nous semble, nous changeons leur propriétaire ou nous les séparons de leurs copains. Nous les sellons et le n’a bien souvent que quelques semaines pour obéir avec un poids sur le dos. Voilà les faits qui montrent à quel point il est important de les traiter avec respect et avec soin car les séquelles psychiques dues à l’homme doivent être le plus possible évitées.

Le stress et le corps

Les battements du cœur s’accélèrent, la tension sanguine augmente, la circulation sanguine des muscles s’accélère, le cerveau travaille plus vite, l’ouïe et le vue sont en alerte etc... Tout le corps se met en position de fuite. Par contre, les hormones de croissance sont mises en veille car elles ne servent pas à ce moment là. En gros, le corps s’économise afin de pouvoir faire face au danger. C’est le système nerveux central qui gère le stress.

Il y a différentes phases de stress :
La phase d’alarme (reconnaissance du danger, mobilisation des forces). La phase pour contrer (réaction du corps). La phase d’adaptation (le s’habitue au stress mais cela peut mener à des maladies graves).

Les conséquences positives du stress

On peut distinguer 2 formes de stress : L’Eustress (le bon stress) dont on a besoin pour survivre, et le Distress (mauvais stress) qui lui est mauvais pour la santé. L’Eustress est par exemple quand on tombe amoureux : le téléphone sonne, on a le coeur qui se met à battre à 100 à l’heure. Le Distress quant à lui rend malade, aussi bien physiquement que psychiquement. Les chevaux l’expriment en tiquant à l’ours, à l’air etc., en étant agressifs sous la selle ou à pied. Les réactions dues au stress sont également une façon de se protéger des dangers extérieurs et intérieurs.

Le stress qui dure

Ce stress s’attaque aux réserves. Le supporter durant 2 voire 3 jours est faisable pour le corps. Au delà, le corps émet trop de cortisone, ce qui attaque le système immunitaire. Le corps devient alors fragile et les germes peuvent l’attaquer très facilement.

Le stress qui influe sur l’estomac

La tenue au box avec des boxes bien entretenus, des portes coulissantes et des fenêtres à barreaux afin de surtout isoler le de ses congénères, influe sur leur estomac. Surtout si en plus le n’entend pas son voisin (ce qui arrive assez souvent). Bien que tout soit fait afin que le se sente bien et puisse profiter de son repos, il n’en est rien. Leur espace de vie est propre, ils sont brossés, lavés, cajolés. Est-ce vraiment un espace de vie adapté ? Quelques chevaux ont droit à un boxe avec un paddock, rien que ça les rend plus sereins. La plupart des chevaux, même les chevaux de compétition, ont le droit de sortir en pâture mais par crainte d’un accident, on les met souvent tout seuls. Pour un animal grégaire, l’isolement est source de stress. Les chevaux veulent se toucher, jouer ensemble et se mouvoir librement. Pas seulement « travailler » 1 heure par jour avec son humain.

Les ulcères gastriques

Nos chevaux de sport sont nourris généralement 2 à 3 fois par jour avec des granulés ou céréales et 2 fois avec du foin. Leur litière est bien souvent non consommable comme l’est le copeau par exemple. Pas étonnant que les ulcères gastriques soit une affection presque « normale » pour les chevaux sportifs. L’estomac du est fait pour manger minimum 18 fois par jour de la nourriture pleine de fibres avec laquelle il se régale. L’estomac produit continuellement de l’acide gastrique, lequel attaque les muqueuses plus fines de l’estomac car il ne peut pas s’attaquer à la nourriture. Le stress augmente la production d’acide et ce fait combiné au manque de fibres donne des ulcères. Affolant que 90% des chevaux de course ou de compétition en soit atteints.

Un mauvais entraînement rend malade

« En demander trop » est bien souvent la devise. Que ce soit physique ou mental, c’est malheureusement une réalité quotidienne pour bien des chevaux. Et malheureusement, bien souvent l’humain ne voit pas au-delà de la dominance lors du travail. Les moniteurs sont les premiers à dire : « imposes-toi, il veut n’en faire qu’à sa tête » au lieu de s’interroger pour savoir si le n’en a pas déjà fait assez .....

Stress dans le troupeau

Quand un cheval n’a pas le droit de s’approcher du râtelier ou si la place sur la pâture est limitée afin d’échapper à la jument alpha... ou si au pire, le cheval a été rejeté du troupeau, il se trouve en face d’une énorme tension. Ceci peut se montrer par une perte d’état assez rapide ou par un changement radical de comportement ou de l’agressivité. Si un cheval n’a aucun accès à la nourriture durant la journée et qu’il ne reçoit que des compléments matin et soir, il se trouve dans un stress permanent. Un cheval se trouvant dans ce cas doit trouver la nuit un endroit où se reposer avec du foin à volonté afin qu’il puisse se remettre de ses émotions.

La liste est longue et non exhaustive, mais le message de cet article est le suivant : nous, passionné(e)s de chevaux, sommes obligés de trouver le meilleur espace de vie possible afin que ses besoins mentaux et physiques soient couverts et qu’il puisse évoluer du mieux possible sans stress.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://passion-equitation2.forumactif.org
 
Le stress du cheval
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment gérer son stress à cheval ???
» Vos techniques pour la peur des véhicules rapides
» Gérer un cheval explosif à cheval : flexions?
» cheval stressé et poulain
» Complément anti-stress

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion Equitation :: Cheval :: La psychologie-
Sauter vers: