Un forum pour les passionnés du cheval et de l'équitation.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Apprendre le passage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joey
Admin
Admin
avatar

Messages : 261
Date d'inscription : 19/04/2009
Age : 28
Localisation : Braine-L'Alleud

MessageSujet: Apprendre le passage   Dim 9 Jan - 16:18

Présentation

Le passage est un trot majestueux d'une grande lenteur, fortement diagonalisé, relevé et écouté, au temps de suspension très soutenu, dans lequel le cheval se projette avec hardiesse d'un diagonal sur l'autre à la fois vers le haut et vers l'avant.
Il demande plus d'énergie que le Piaffer.
L'équilibre, la régularité, la flexion prononcée des articulations, la relaxation du cheval et la totale discrétion du cavalier sont la marque d'un passage de qualité.
Le passage, accompli avec une absolue légèreté, est une des formes les plus abouties de l'équilibre équestre.

Pourquoi passager?

Certains chevaux très équilibrés, bien diagonalisés et dotés d'une impulsion véritablement supérieure peuvent passager naturellement avec un cavalier d'expérience doté d'un tact équestre développé.
Mais un bon passage est l'aboutissement d'un long dressage systématiquement conduit.
Comme tout air de Haute-Ecole, il réclame beaucoup d'impulsion…Il naît de cette impulsion réellement supérieure.
Si le passage, comme le piaffer, est un aboutissement, il reste également un moyen extraordinaire pour rassembler, arrondir et soumettre le cheval.
Un cheval est véritablement dominé lorsque, acceptant le passage, il s'y livre avec énergie, souplesse et relaxation.
L'impulsion, l'équilibre et la légèreté réclamés par le passage rendront le cheval plus beau, plus majestueux, mais conféreront aussi plus d'éclat à tous les exercices appris jusque là. Le passage va assouplir, développer, fortifier l'arrière-main et faciliter toutes les autres allures: un galop, un trot allongé demandés après un bon passage auront une expression toute particulière.
Dans le passage idéal :
- L'antérieur s'élève jusqu'à ce que l'avant-bras soit à l'horizontale.
- Le postérieur diagonal se détache nettement et vigoureusement du sol.
- La diagonalisation et la symétrie du geste sont parfaites.
- Le diagonal au sol doit commencer à s'en détacher avec énergie avant que l'autre diagonal ne commence à redescendre. C'est la suspension.
- Le temps de suspension entre le poser de chaque diagonal est le plus long possible.
- L'attitude est constante: elle permet une cadence rigoureuse alliant régularité et énergie
- La flexion des articulations et l'abaissement des hanches sont prononcés.
- Le geste est haut, lent, énergique tout en restant moelleux.
- L'avant-main est grandie.
- La nuque fléchie reste le point le plus haut.
- La bouche est liante, décontractée, la mâchoire en cession.
- Le cheval demeure relaxé et serein.
- Le cavalier, en équilibre, grandi, relaxé est d'une discrétion absolue. Il accompagne moelleusement le cheval avec son dos et son rein.

Le cheval doit pouvoir instantanément changer de direction, de figure ou d'allure à la moindre sollicitation.
La qualité du passage est déterminée par la lenteur du geste liée à son temps de suspension plus que par la hauteur du geste.
L'essentiel reste la "rondeur" du geste.
La perfection demande des chevaux équilibrés, généreux, dotés de force et de souplesse, aptes au rassemblé prononcé, capables de ployer fortement leurs articulations et de se projeter vers le haut et l'avant.
Mais chaque cheval a un geste qui lui est propre.
La perfection n'est pas un modèle unique…!
L'engagement des postérieurs au passage dépend du geste au trot naturel du cheval.
Certains chevaux remontent les jarrets en levant leurs postérieurs et en ployant les boulets fortement. Le ploiement des hanches est prononcé.
D'autres ploient moins leurs articulations.
Le geste des antérieurs peut varier lui aussi.
Le canon de l'antérieur au soutien peut être légèrement en avant ou en arrière de la verticale.
L'important reste la rondeur du geste, le délié de son mouvement.

Les Aides

Un bon passage ne peut être obtenu par la contrainte.
Sa valeur artistique, sa beauté, tient à la légèreté, à la relaxation du cheval et à la discrétion des aides du cavalier.
Là comme ailleurs en dressage, l'essentiel est dans la préparation de l'exercice. Le plus important est de mettre le cheval dans une attitude qui lui permette de passager : mettre en place, demander et laisser faire.
Lorsque le cheval connaît le passage, l'aide principale réside dans la préparation de l'exercice puis dans l'entretien moelleux du mouvement.

Préparation du passage

Vous devez avant tout rechercher, à l'allure du pas ou du trot:
- Un cheval droit très rassemblé, dans l'impulsion, vibrant, travaillant sur des bases raccourcies.
- Un cheval parfaitement équilibré, répartissant également son poids entre avant-main et arrière-main.
- Des postérieurs et des hanches très actifs, très fléchis, pour permettre un abaissement des hanches et un relèvement de l'avant-main.
- Une encolure soutenue, nuque fléchie au point le plus haut.
- Des épaules libres.
- Un soutien des antérieurs qui doivent gagner en hauteur ce qu'ils perdent en étendue.
- Un poser délicat des membres.
- Un contact moelleux, une bouche liante.

Pour le passage, le piaffer et les changements de pied au galop l'arrondissement du pas est un préalable important.
En résumé, cette préparation au passage se caractérise par une rondeur générale, une énergie supérieure, une absence de résistances et une grande soumission du cheval.
Elle suppose un cavalier équilibré, grandi et décontracté, les jambes moelleusement descendues.

La légèreté des aides est capitale.
Procédez ainsi :
- Asseyez-vous profondément dans votre selle.
- Grandissez votre buste, c'est votre pièce maîtresse.
- Placez vos épaules légèrement en arrière de la verticale, estomac poussé vers le haut et vers l'avant, tête haute.
- Laissez votre rein aller avec le mouvement, le suivre et l'amplifier, le dos restant relâché.
- Reculez nettement vos deux jambes qui doivent rester placées bien en arrière.
- Votre jambe droite touche délicatement en arrière au moment du lever du postérieur droit.
- Votre jambe gauche reste relâchée puis touche à son tour lorsque le diagonal gauche s'élève. Les jambes agissent donc alternativement.
- Agissez par aides diagonales.
- Relevez légèrement les mains pour ralentir l'allure, tout en gardant un contact très léger.
- Votre main gauche soutient délicatement l'antérieur gauche au moment du lever de ce membre. La main droite reste neutre tout en maintenant le contact.

L'ensemble des aides concourt à rechercher une parfaite symétrie des foulées du cheval, symétrie dans le rythme et dans la forme.
L'important est "d'embrasser" le cheval avec vos jambes(mais sans les serrer) et de fixer votre main.
L'action de vos jambes doit pratiquement cesser lorsque le cheval commence à marquer les temps de suspension. C'est alors votre rein et votre dos qui poussent et amplifient le mouvement.
Vos aides ne doivent surtout pas casser le rythme du passage mais le ralentir et l'amplifier peu à peu.
L'essentiel est la coordination de vos aides, leur dosage et leur opportunité
La cravache et l'appel de langue judicieusement utilisés peuvent être des aides complémentaires, surtout lors de l'apprentissage du passage.
Et lorsque le cheval, bien établi dans son passage, passage de lui-même, accompagne-le moelleusement avec votre rein, en complète descente de mains et de jambes.

Apprentissage du passage

Vaut-il mieux commencer par le passage ou le piaffer?

C'est le tempérament du cheval qui détermine la méthode à utiliser.
Avec un cheval très énergique, diagonalisant et se rassemblant naturellement, mieux vaut commencer par le passage. Lorsque ce passage sera bien confirmé, soutenu et cadencé, les foulées seront progressivement raccourcies pour arriver au piaffer.
Avec un cheval plus calme, ayant moins de facilités pour diagonaliser, il est plus judicieux de commencer par le piaffer. Lorsque celui-ci sera bien établi, cadencé et régulier, c'est en poussant peu à peu le cheval en avant que l'on obtiendra le passage.
Cependant chaque cheval est un cas particulier. Et il est parfois préférable de développer en priorité celui des deux mouvements qui est le plus naturel, afin de faciliter celui qui ne l'est pas.
Il peut être également souhaitable d'apprendre et de travailler parallèlement ces deux airs d'école.
L'expérience du cavalier et les dispositions du cheval détermineront ce choix.

Ce que le cheval doit savoir faire :
- Avant d'aborder l'apprentissage du passage, votre cheval doit pouvoir se soutenir de lui-même, développer une grande impulsion, être flexible, rester relaxé en toutes circonstances et conserver son équilibre aux trois allures.
- Les épaules en dedans et les appuyers, bien maîtrisés et exécutés avec facilité, ont assoupli et affiné sa musculature.
- Mobile, prompt à se mobiliser et à se rassembler dans la légèreté, votre cheval doit être capable de s'arrêter à partir du trot en restant rassemblé, de reculer avec aisance puis de se porter au trot franchement vers l'avant.
- Il doit maîtriser avec aisance et sûreté toute la gamme du trot et tout particulièrement le trot d'école.

Votre cheval est prêt à donner ses premières foulées de passage.
Vous pouvez alors procéder de plusieurs manières

Apprentissage du passage à partir du trot d'école

Le trot d’école est la meilleure préparation pour amener le cheval au doux passage puis au passage.
La difficulté n'est pas d'obtenir le passage mais bien d'obtenir le trot d'école !
Lorsque, au trot d'école, votre cheval atteint le maximum de légèreté et d'impulsion, il se met tout naturellement au passage.
L'essentiel réside donc dans la recherche du trot d'école.
Le trot d'école, c'est le trot porté à son suprême degré de rassembler. qui se caractérise par:
- Une élévation accentuée de l’avant-main résultant d’un abaissement des hanches.
- Des gestes écoutés, lents, élevés.
- Une cadence lente et majestueuse.
- Une impulsion supérieure avec un cheval rigoureusement droit.
- Une absence totale de contractions parasites.

La mâchoire cède à la moindre action des doigts. La nuque, fléchie, moelleuse, est le point le plus haut.
Toutes les articulations se ploient, les boulets des membres à l’appui venant presque toucher le sol, les épaules sont libres, les postérieurs engagés sous la masse.
La décontraction du cheval est totale, l’équilibre est tel que descentes de mains et descentes de jambes peuvent se prolonger.
Comment obtenir le trot d’école?
En augmentant, jour après jour, le rassembler par une gymnastique de toutes les articulations, par le renforcement musculaire, par le développement de la souplesse.
Les cercles, le travail de deux pistes, les transitions trot/arrêt/reculer/trot, les raccourcissements et allongements du trot, les variations de rythme, sont les exercices clés pour obtenir progressivement ce trot magnifique.
La recherche de la lenteur du geste est primordiale.
Si vous ne perdez pas l'impulsion, votre cheval va gagner en hauteur de geste et marquer insensiblement un temps de suspension.
Lorsque le cheval est bien installé dans une cadence lente et relaxée, ralentissez votre cheval quelques battues par action du buste en vous grandissant et en vous asseyant davantage.
Faites aux deux mains une ou plusieurs voltes au trot d'école, avec une légère inflexion d'épaule en dedans puis reprenez tranquillement la piste en redressant moelleusement votre cheval.
Fixez alors votre main avec un soutien délicat des doigts de bas en haut.
Augmentez le rassembler par des actions alternées, discrètes et légères de vos jambes, bien descendues et placées plus en arrière.
Amplifiez le mouvement avec votre rein et votre dos, en vous asseyant encore plus profondément.
Votre cheval donne ses premières foulées de passage…
C'est encore le "doux passage", mais déjà du passage.
Contentez-vous de trois ou quatre foulées, et laissez votre cheval reprendre moelleusement le trot, sans changer son équilibre.
Cet exercice doit se faire sans jamais exercer de force.
Contentez-vous de quelques foulées régulières, récompensez beaucoup, recommencez plusieurs fois …
Descendez de cheval et ramenez-le à l'écurie.

Apprentissage du passage à partir du piaffer

Le cheval doit bien entendu connaître le piaffer et s'y maintenir avec facilité.
Il est indispensable que ce piaffer soit régulier, à la fois tonique et relaxé.
Demandez le piaffer et lorsque celui-ci sera bien établi, cadencé et régulier, c'est en poussant peu à peu le cheval en avant que l'on obtiendra le passage.
Relâchez subtilement votre dos pour permettre plus de mouvement vers l'avant. Votre dos va toujours vers le haut mais il laisse passer le mouvement vers l'avant. Simultanément vos jambes reculent davantage pour arriver au passage et vos mains se relâchent subtilement…pour soutenir de nouveau lorsque le cheval commence à passager.
Au début laissez avancer le cheval d'un sabot…puis augmentez progressivement le déplacement vers l'avant et le haut.
Mais veillez à ce que l'allure reste courte et assise. L'important est que l'énergie soit transmise vers le haut plus que vers l'avant…
Si vous perdez le rassembler votre cheval n'esquissera pas le passage.
N'augmentez que très progressivement le nombre de foulées..
Contentez-vous de quelques foulées et arrêtez avant que votre cheval ne perde son rassembler.
Ultérieurement, vous pouvez aussi demander à un aide d'activer les postérieurs du cheval à l'aide d'une badine ou d'une chambrière.
Mais c'est une intervention délicate qui nécessite de savoir observer le cheval, qui demande une grande habileté et une grande expérience. Il ne s'agit en aucun cas de toucher durement le cheval mais plutôt de l'inciter à s'engager et à s'activer par de légers sifflements, frôlements, touches légères de la badine ou de la chambrière derrière les postérieurs, sur les fesses, les hanches ou sur la croupe.
Par ailleurs le cavalier aura parfois intérêt, en observant les mêmes principes, à utiliser lui-même une badine, avec tact, habileté et discernement.
Il peut aussi solliciter son cheval par quelques appels de langue judicieusement employés…
Sans en abuser par la suite.

Comment améliorer le passage du cheval ?

L'apprentissage proprement dit est terminé. Votre cheval donne maintenant quelques foulées de passage…
S'il se met au passage avec une certaine facilité à partir du trot ou du piaffer sans résistances, son geste manque d'amplitude, de hauteur, de rebond et d'énergie.
Son passage est en général encore timide ou alors trop rapide, la flexion des articulations et le temps de suspension encore insuffisants, le rassembler se perd insensiblement.
La demande du passage entraîne aussi parfois une certaine excitation, le cheval a tendance à vouloir "passager" certaines foulées de trot, ou à marquer un temps de suspension sur un diagonal…
Votre objectif est maintenant d'amener le passage de votre cheval à son meilleur niveau, au passage idéal décrit dans la présentation de cette étude, en respectant les possibilités et le geste naturel de votre cheval.
Il va falloir faire preuve de patience. L'amélioration et le développement du passage vont prendre du temps, demander des mois de travail, parfois des années…
Vouloir obtenir rapidement un geste relevé, une grande amplitude avec un temps de suspension spectaculaire est une erreur commune qui compromet bien souvent, parfois irrémédiablement, le passage du cheval.

Un passage calme et régulier

La première qualité d'un passage est la relaxation, la régularité, la cadence du geste, la durée du temps de suspension. La hauteur du geste ne suffit pas!
L'énergie demandée dans le passage entraîne une montée du nervosisme du cheval. C'est en calmant votre cheval, en modérant vos exigences que vous obtiendrez un partenaire calme au psychisme relaxé.
A partir de là, vous pouvez développer la régularité du geste.
Le geste se régularisant, vous augmenterez progressivement le nombre de foulées demandées en ayant soin de toujours arrêter le cheval avant qu'il ne veuille le faire lui-même.
Régulariser un passage, c'est sentir à tout instant quelle dose de calme et d'influx nerveux donner à chaque cheval.
Vous calmez en gardant vos jambes totalement neutres, en relâchant davantage votre buste, en autorisant le cheval à baisser imperceptiblement sa nuque, en parlant au cheval
Vous sollicitez l'influx nerveux en amplifiant légèrement l'action de vos jambes (et non en les durcissant! ), en grandissant davantage votre buste, en poussant avec la ceinture, estomac vers le haut et l'avant (et non en gigotant ), en sollicitant éventuellement par un appel de langue et de badine…Dés que le cheval s'active, jouez de nouveau sur le calme…
Et lorsque le cheval, bien établi dans son passage, passage de lui-même, le cavalier l'accompagne moelleusement en complète descente de jambes et descente de mains.

Un passage droit

Le cheval va avoir tendance à fuir d'un coté ou de l'autre avec la croupe, ayant une difficulté avec une hanche, refusant de s'engager, voulant échapper à l'exercice ou réagissant à une aide trop forte et mal coordonnée.
Soignez vos aides, gardez votre badine du coté difficile. Demandez le passage le long d'une paroi, la hanche tendant à fuir coté paroi.
Pour redresser votre cheval, balancez moelleusement vos mains d'un coté à l'autre du garrot, les mains restant parallèles. Les mains vont vers la droite lorsque l'antérieur droit est au soutien, vers la gauche lorsque l'antérieur gauche se lève…
Attention! Il s'agit d'un mouvement léger, régulier, parfaitement coordonné à la diagonalisation du cheval. Ne faites surtout pas balancer les épaules du cheval.
Bien exécuté ce balancement cadence et redresse le cheval.
Le travail aux longues rênes peut être une aide précieuse pour redresser un cheval qui n'est pas droit au passage.

Passager sur différentes figures de manège

Vous avez toujours demandé le passage le long de la paroi, à la même main, à l'endroit le plus favorable, celui ou vous sentiez votre cheval le plus enclin à passager.
Progressivement demandez le passage à chaque main, à n'importe quel endroit le long de la paroi.
Puis, si le cheval reste calme et droit, continuez le passage en abordant le coin, sans vous enfermer dans l'angle du manège. Récompensez, marchez rênes longues.
Recommencez, progressez peu à peu vers le deuxième coin et passez ce coin au passage.
C'est alors seulement que vous commencerez à passager sur le cercle, en choisissant le plus grand diamètre possible au début.
Veillez scrupuleusement à la rectitude du cheval, c'est à dire à son incurvation régulière de la nuque à la queue. Ne le laissez pas déraper d'un coté ou de l'autre avec ses hanches, maintenez-le bien dans le canal des aides, dans la balance des talons.
Lorsque le cheval passage avec facilité sur le cercle, sans perdre sa cadence, son rassembler, sa relaxation, il est prêt à passager sur la demi-volte, la volte, le huit de chiffre, la serpentine, les contres changements de mains…
Abordez ensuite les épaules en dedans et les appuyers au passage.
Agissez avec tact et légèreté.
Ce sont essentiellement les jambes et le buste du cavalier qui déterminent ces changements de direction ou de déplacement. Les mains ne font que confirmer.

Passager dans la bonne attitude

Réussir un passage, c'est avant tout mettre le cheval dans la bonne attitude, dans le bon équilibre.
L'art du dresseur consiste à sentir quelle attitude et quelle dose d'énergie donner à chaque cheval au passage.
Vous ne pouvez forcer le cheval, il doit trouver de lui-même la meilleure attitude : celle ou le mouvement devient possible et plus facile.
Tel cheval, ayant peu de force dans les jarrets ne pourra pas être trop assis dans son passage, tel autre encore devra être très légèrement infléchi à droite…Sentez…Observez…Réfléchissez…
Avec de l'expérience et du tact vous trouverez…
Bien sûr tout est affaire de nuances.
Le principe de base est de conservez un cheval léger et dynamique. Dés que les aides se durcissent la relaxation se perd…pensez-y!

Un passage plus rassemblé

La qualité du passage dépend de l'engagement des postérieurs et de leur détente énergique. Cette action des postérieurs qui projette le cheval vers le haut et l'avant demande une impulsion véritablement supérieure.
C'est par une gymnastique quotidienne que vous développerez l'engagement et l'impulsion: épaule en dedans, appuyers au pas, au trot et au galop, pirouettes.
Travaillez aussi les reculers, allure diagonale, comme celle du passage. Elle engage tout particulièrement le cheval
Mais vous rechercherez surtout le développement du trot jusqu'au meilleur "trot d'école".
les progrès se feront insensiblement, jour après jour.
Soignez tout particulièrement la préparation du passage pour créer un surcroît d'impulsion, que ce soit à partir du trot ou du piaffer.
Une fois le passage établi, il est plus difficile d'augmenter son énergie.
Ne forcez pas votre cheval en ayant des aides plus fortes, vous ne feriez que le contracter. Cherchez plutôt la meilleure attitude possible et amplifiez délicatement le mouvement par le travail de votre ceinture.
A ce stade, un aide placé derrière le cheval ou de trois-quarts arrière peut-être précieux.

Les différentes formes de passage

Il existe un passage optimal pour chaque cheval.
Lorsque l'équilibre, la rondeur, la hauteur et la lenteur du geste, le temps de suspension, l'amplitude s'harmonisent idéalement, le passage est excellent.
Un bon passage est toujours un compromis entre différents éléments : engagement, abaissement des hanches, hauteur du placer, ramener de la tête, hauteur des foulées, étendue des foulées, énergie déployée, calme ou montée des nerfs du cheval…
Le cavalier cherchera, en jouant sur l'équilibre du cheval par des actions subtiles et délicates, essentiellement avec son assiette, son dos et son rein à modifier la forme du passage de son cheval en jouant sur ces différents éléments.
Jusqu'à pouvoir décliner toute la gamme des passages…du passage raccourci, élevé et très assis…au passage de grande amplitude avec un déplacement plus marqué.

Un passage plus brillant

L'ensemble des exercices proposés ci-dessus a pour but de donner au cheval les moyens psychiques et physiques nécessaires à l'épanouissement et au développement du passage.
Tous les chevaux n'ont pas les mêmes aptitudes au passage.
C'est le cavalier qui par son sentiment équestre, par son tact, par son expérience, permet au cheval d'exprimer au passage toute l'énergie, la grâce et la beauté qu'il recèle.
Pour être brillant, un cheval devra avant tout être disposé dans l'attitude qui lui convient.
Certains devront rester plus ouverts, être plus dynamiques ou davantage relaxés, d'autres avoir un geste plus lent ou plus rapide, d'autres encore être plus ou moins relevés de l'avant main…
Mais l'essentiel, pour obtenir un passage brillant est d'avoir un cheval relaxé dans son psychisme, dynamique dans son physique, rassemblé et en parfait équilibre.
Seule la légèreté absolue des actions du cavalier permet d'obtenir ce résultat.

Les transitions passage/piaffer/passage

Pour réussir une transition passage/piaffer/passage, le cheval devra être très à l'aise dans ces deux airs d'école. Mais il est rare qu'un cheval possède un passage et un piaffer de même niveau. C'est pourquoi ces transitions peuvent présenter de grandes difficultés.
Travaillez alors le mouvement le plus difficile.
Vous pouvez demander les transitions lorsque le passage est bien court, léger le cheval étant assis et quand le piaffer est plus soutenu, plus lent.
Le secret d'une bonne transition est la conservation de la cadence.
Vous vous garderez de toute action physique trop marquée car vous détruiriez la cadence.
L'action de votre buste est déterminante.
Ce sont essentiellement le dos et le rein du cavalier qui demandent la transition du passage au piaffer, et non les mains du cavalier.
Pour passer du passage au piaffer l'action subtile du dos (en se redressant davantage) et du rein (en se "creusant" imperceptiblement),sur des rênes très légères, augmente le rassembler du cheval qui baisse alors davantage ses hanches et raccourcit ses foulées.
Les dernières foulées de passage contiennent déjà le piaffer…le cheval passage sur place deux ou trois foulées puis baisse encore plus ses hanches pour donner un piaffer haut et lent.
Pour passer du piaffer au passage, la philosophie est la même.
Mais c'est une erreur commune que de vouloir dés le début du piaffer partir vers l'avant, au trot soutenu ou au passage.
Demandez la transition seulement lorsque le cheval est stable dans son piaffer.
Commencez alors par des transitions délicates piaffer/trot d'école ou doux passage…Lorsque ces transitions sont devenues faciles vous pouvez demander directement la transition piaffer/passage.
Vous sortez du piaffer vers le passage en relâchant subtilement votre dos pour permettre plus de mouvement vers l'avant. Votre dos va toujours vers le haut mais il laisse passer le mouvement vers l'avant. Simultanément vos jambes reculent davantage pour arriver au passage et vos mains se relâchent subtilement…pour soutenir de nouveau lorsque le passage est établi.
Les transitions passage/ piaffer/passage exécutées dans la rondeur, la légèreté et l'harmonie montrent le degré de soumission, de rassembler et de flexibilité du cheval correctement gymnastiqué.

Conseils

Quels que soient les procédés employés, la technique utilisée, n'oubliez pas que l'essentiel est de sentir, d'adapter à chaque cheval, de faire preuve de délicatesse.
Chaque cheval a un geste qui lui est propre : vous devez en tenir compte lorsque vous cherchez à magnifier le passage.
Ne recherchez pas la hauteur du geste au détriment de la suspension
Ne passagez jamais dans la contrainte, vous n'obtiendriez qu'un simulacre de passage bien éloigné de l'art équestre.
Soyez bien persuadé que le passage n'est pas un truc appris mécaniquement, une contrainte mais le résultat d'un rassembler extrême et d'un surcroît d'impulsion vers le haut et l'avant.
Au passage, calmez les chevaux nerveux, rassurez les inquiets, réveillez les mous!
Piquez, tirez, cravachez…et vous ne comprendrez jamais ce qu'est un passage exécuté dans la relaxation…!
Pour arrondir et rassembler votre cheval, travaillez les reculers, améliorez-les.
Avant de passager, augmentez la vibration de l'allure qui précède.
Au passage créez beaucoup d'impulsion avant le mouvement et contentez-vous ensuite de gérer cette impulsion sans la laisser s'éteindre.
Ne perturbez pas la cadence et le geste du passage par des actions intempestives ou à contre-temps.
Dés les premières demandes, arrêtez le cheval après quelques foulées, avant qu'il ne s'éteigne, ne s'arrête de lui-même ou qu'il ne s'énerve.
Au début ne cherchez pas à partir au trot énergiquement après le passage. Lâchez plutôt les rênes et marchez rênes longues.
Ne coincez pas votre cheval, donnez-lui toujours la possibilité mentale d'aller vers l'avant.
Ne forcez pas le cheval dans son passage, ne le brusquez pas, ne le contraignez pas mais sollicitez-le délicatement, incitez-le, aidez-le.
Pour ralentir un passage, n'agissez pratiquement pas avec vos mains mais servez-vous plutôt de votre buste, de votre dos.
Recherchez une parfaite symétrie dans les foulées du cheval…Ne laissez pas "traîner" un postérieur par exemple!
Lorsque vous utilisez une badine, soyez précis, rapide et léger. Ne durcissez pas votre main, ne vous contractez pas mais restez calme et relâché.
Utilisez la badine sans animosité envers le cheval.
Associez l'action de la cravache à celle du buste, l'action de la main à celle des jambes.
Si votre cheval manque de légèreté au passage, demandez-vous si vous ne manquez pas de légèreté dans vos mains et dans vos jambes.
Ne vous faîtes pas assister par un aide incapable de sentir, d'observer, maniant inconsidérément la chambrière.
Pour vous faire aider, choisissez quelqu'un d'habile, de rapide, de calme, sachant ce qu'est un cheval rassemblé et relaxé, capable de dresser lui-même le cheval au passage.
Soyez très assis…c'est le cheval qui passage…pas vous!
Restez assis moelleusement…ne décollez pas de votre selle à chaque battue!
Ne laissez pas votre tête marquer les temps de passage par un mouvement rythmé…maintenez votre tête mais sans raideur de la nuque.
Utilisez vos jambes comme une espèce de balancier, touchez, alternativement, d'un coté puis de l'autre, dans la balance des talons.
N'ayez jamais des jambes dures, contractées, autoritaires mais plutôt des jambes aimables qui suggèrent, sollicitent, rassurent.
Pour être efficace avec vos jambes, touchez avec légèreté à l'instant précis, et au bon endroit, c'est à dire avec les jambes bien reculées.
Au passage plus qu'ailleurs, pratiquez descentes de jambes et descentes de main.
Servez-vous plutôt de l'éperon que des jambes mais très légèrement, avec un toucher délicat, jambes reculées.
Lorsque le cheval est incorrect dans la main, pensez à vos fautes de jambes : ne sont-elles pas trop dures, plaquées?…Laissent-elles au cheval le temps d'accomplir son geste…?
Soyez patient, progressif, ne brûlez pas les étapes au passage, laissez le passage "mûrir"…
N'oubliez pas qu'amener un cheval à un bon passage demande du temps, parfois beaucoup de temps, et beaucoup de travail.
Lorsque votre cheval donne son passage dans le calme et l'énergie, avec une certaine cadence, une certaine rondeur, sachez jusqu'à quel point aller pour ne pas compromettre son passage.
N'exigez pas ce qu'un cheval ne peut pas donner, vous risqueriez de compromettre tout son dressage.
N'abusez pas du passage, gardez votre cheval frais dans son esprit.

_________________
flower Joey flower

Maman de deux petits monstres
Nolan ( 05.10.07 ) & Eden ( 16.08.08 )
Dix mois de différence... Pour nos parents, pas de vacances !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://passion-equitation2.forumactif.org
 
Apprendre le passage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Passage & Piaffé
» Défi 9 : passage étroit
» Cherche conseils pour apprendre le piaffé :)
» echappement U.S. intégré au passage de roue
» passage de roue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion Equitation :: Equitation :: Apprentissage des figures-
Sauter vers: